Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du charme sans Chichi

Je suis née sous Mitterrand, j’ai grandi avec Chirac. Deux charmeurs, deux tombeurs.

Alors que toutes les rédactions ont déjà préparé la nécrologie de Jacques Chirac, je vais écrire la mienne, bien plus personnelle, bien moins professionnelle ! Car oui, j’ai toujours aimé Jacques Chirac, je suis comme beaucoup de Français l’ont été, tombée sous son charme bien terroir, bien chic, un brin désinvolte & un brin hollywoodien.

Les américains ont eu Kennedy, nous avons eu Chirac.

Ici, pas de politique soyons clairs, il a fait de bonnes choses et de moins bonnes, commis des erreurs et a échappé à des sanctions ; parlons seulement de cette chose qui vous pousse à aller vers quelqu’un, vous attire, qui peut vous pousser inconsciemment à mettre un bulletin dans l’urne : le charme. C’est ce charme qu’a exercé Jacques Chirac sur es compatriotes qui m’a toujours fasciné.

Oui le charme et le charisme sont indéniablement des armes de communication pas chères et extrêmement efficaces et il n’en est pas dépourvu. C’est inné, un don de la nature, on l’a ou pas. On le sait, ou pas. Le charme n’est pas de droite ou de gauche, il appartient à une poignée de veinard(e)s. Je suis sensible au charme d’un homme comme je suis sensible à l’élégance d’une femme, ce petit quelque chose qui plane comme un parfum de bon goût, cet aura qui change tout.

Et Jacques Chirac l’a. Les Français le savent, il a su se faire aimer du plus grand nombre. Ce qui n’a pas rendu service à Bernadette qui, plus rigide et longtemps engoncée dans son enveloppe bourgeoise, a forcément un peu souffert de la comparaison. Aujourd’hui elle est devenue plus tendance que jamais. Revanche bien méritée!

Son charme, il l’a d’ailleurs exercé en premier sur Bernadette qui, d’un milieu beaucoup plus aisé que le sien, fera fi des réticences de la grande famille Chaudron de Courcelles, pour convoler avec son camarade de Sciences-Po. Il exercera son charme sur bien d’autres femmes. Sur les hommes aussi. Sur les Français ! « Les hommes charmeurs font du charme à tout le monde, même à une porte », c’est bien vu et c’est signé Catherine Deneuve !

Décryptage. Pour commencer une belle gueule c’est important mais ce n’est pas l’essentiel. Néanmoins, ça joue indéniablement, grand, élancé, bien dans son corps, l’assurance est rassurante & séduisante. Il y à un style vestimentaire Chirac aussi, les magazines masculins le qualifieraient aujourd’hui de « dandy », « décontracté chic ». Mais Chirac n’a pas l’air pompeux ni distant, au contraire. Bon vivant, cigarette à la main, aimant la mousse et les bons petits plats tricolores, il a été un visiteur redoutable sur les stands du Salon de l’Agriculture. Comme avec un bon camarade, on s’imagine bien partager un cassoulet avec lui chez L’Ami Louis en finissant par chanter avec raffinement « Ça fait longtemps qu’on n’les a pas vues, Allez montre-nous tes fesses, Allez montre-nous ton ..». On a envie d’être son pote.

L’accessibilité, la proximité, pour serrer des mains c’est utile. Bien que parisien, la Corrèze est son berceau familial et ce côté rural empreint de bonne éducation font bon ménage. Après, quand on a tout ça, il faut savoir l’exploiter et sur papier glacé ! C’est qu’il est photogénique en plus et d’un naturel souriant. Bingo, nous voilà conquis.

Il se veut populaire & proche des français, il avance masqué et impose son style. Il saura aussi bien s’entourer, entre autres, il gardera à ses côtés l’homme de l’ombre de François Mitterrand, l’homme qui savait si bien murmurer à l’oreille des présidents, Jacques Pilhan. Et, contrairement aux manières de grand bourgeois de VGE et de la fierté souveraine de François Mitterrand, Chirac détonne de simplicité.

Les bonnes images n’ont pas besoin de texte. Je vous en ai sélectionné quelques-unes. Jacques Chirac laissera évidemment derrière lui de bons et de mauvais souvenirs mais il laissera son style et certains comme moi, auront l’impression de perdre un bon pote.

Voilà tout, j’aurai aimé prendre un verre avec lui, le finir et qu’il me dise « Allez, encore une goutte ».

Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC
Source FYJC

Source FYJC

Tag(s) : #Chirac

Partager cet article

Repost 0